Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de Le jeu de l'assassin de Nils Barrellon

Publié le 13 Février 2014 par Dubruit Danslesoreilles in Chroniques

Chronique de Le jeu de l'assassin de Nils Barrellon

Nils Barrellon signe avec Le jeu de l’assassin son premier thriller. Il a d’ailleurs était finaliste du prix Quai des Orfèvres. Le livre sort chez City éditions, la maison d’éditions qui a publié le très bon La mort en Rouge de Pierre Gaulon.

4ème  DE COUVERTURE :

 

Le cadavre d'une femme poignardée avec une violence extrême est retrouvé sur les rails, près de la gare du Nord. Elle n'est que la première victime d'une longue liste. A chaque fois, les proies sont des prostituées dont le tueur sème les corps dans différents quartiers populaires de Paris.

Des meurtres sordides sans motif apparent. Le commissaire Kuhn n'a pratiquement aucun indice et l'enquête s'enlise. Jusqu'à ce que le meurtrier fasse en sorte que l'on retrouve sa trace. Il relance la partie dans un jeu macabre avec la police. Un jeu de piste infernal au dénouement inattendu...

IL ASSASSINE SANS PITIÉ. ET PARIS EST DEVENU SON TERRAIN DE JEU

 

 

MON AVIS :

 

La couverture (plutôt réussie) de Le jeu de l’assassin ainsi que le résumé au dos du livre laissent présager un pur thriller. Un tueur en série, un flic qui le traque, bref, une formule classique que l’on aime.

Pourtant, réduire ce texte à cela serait passer à côté de ce qui est à mes yeux l’intérêt principal du récit.

Je m’explique, Nils Barrello choisit d’emprunter aussi bien au thriller qu’au polar. L’atmosphère du 36 est très bien retranscrite. Les connaissances de l'écrivain en matière de procédure et sa maîtrise de l’ « argot » utilisé dans la police démontrent que l’auteur s’est beaucoup documenté.

Le ton qui est donné à l’ensemble de l’œuvre confère un côté savoureux à l’intrigue.

Le commissaire Nils Kuhn est plein d’humour et de cynisme. Certaines répliques de ce dernier, qui est aussi le narrateur de l’histoire (récit à la première personne), trahissent l’influence d’un Frédéric Dard par exemple.

« Le cul entre deux chaises » l’auteur réussit à nous captiver avec une plume très facile à lire. Le livre comporte d’ailleurs énormément de dialogues qui aèrent le texte. Voici le type de roman que l’on dévore en un rien de temps et qui se révèle être un très agréable divertissement.

 

 

City Editions

304 pages

Janvier 2014

17,50€

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 14/02/2014 11:18

Finaliste mais pas gagnant....