Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de L'assassin à la pomme verte de Christophe Carlier

Publié le 3 Août 2014 par Dubruit Danslesoreilles in Chroniques

Chronique de L'assassin à la pomme verte de Christophe Carlier
L’assassin à la pomme verte est le premier livre de Christophe CARLIER. Ce texte a reçu le prix du premier roman et bénéficie du soutien d’Amélie Nothomb (d’où le bandeau qui couvre un tiers de l’illustration).
Nous voici embarqués dans un thriller, car oui, n’en déplaise à ce que j’ai pu lire de ci et là sur le web, il s’agit bien d’un thriller, au fort accent british.
Dans un grand palace parisien, le bien nommé Paradise, un meurtre est commis. Les habitudes des occupants de ce haut lieu de l’hôtellerie vont se trouver bousculées.
Le récit se concentre sur trois personnages, trois points de vue à la fois différents, mais pourtant complémentaires.
Il y a Sébastien, le réceptionniste de nuit, l’Italienne Elena, et l’anglais Craig qui arrive tout droit des états unis.
Un lien fort et particulier va se créer entre les deux étranges qui sont tous deux affectés par l’assassinat commis dans l’enceinte de l’établissement.
J’ai bien apprécié le côté surréaliste que l’auteur essaie de donner au texte (matérialisé par la référence au peintre Magritte). Les personnages sont décalés et l’humour bien présent. On pense souvent à Agatha Christie, pourtant, la recette ne prend pas totalement. Il manque un ingrédient, un liant. On suit cette histoire sans frémir ou éprouver de l’empathie pour les protagonistes.
Il y a peut-être aussi un peu trop d’outrecuidance dans l’écriture, des phrases trop longues qui ne le nécessitent pas forcément. Le style doit, à mon sens servir l’intrigue et non un aboutissement en soit.
Je ne m’en faits pourtant pas pour Christophe Carlier qui se passera de mon soutien sans problème. Au vu des éloges, faites par sa consœur Amélie Nothomb dont voici un extrait: "une imagination extraordinaire et une délicatesse exquise, un assassin très stylé. C'est très drôle, extrêmement bien écrit. Un bonheur absolu! Ça m'a enchantée"

4ème de Couverture :

Craig, fraîchement débarqué des États-Unis, et Elena , tout juste arrivée d’Italie. Tous deux se trouvent pour une semaine au Paradise : un palace, vrai monde en soi, où l’on croise parfois au bar d’étranges clients. Par exemple cet homme de Parme, mari volage et volubile, découvert assassiné au lendemain de leur arrivée. Entre Craig et Elena naît un sentiment obsédant, fait d’agacement et d’attirance, sous l’œil impitoyable du réceptionniste, auquel rien n’échappe. Ou presque. Dans cette envoûtante et spirituelle fiction à plusieurs voix, chacun prenant à son tour la parole, chacun observant l’autre, épiant son voisin, amour et meurtre tendent à se confondre. En émule d’Agatha Christie et de Marivaux, Christophe Carlier prouve avec maestria que l’accidentel, dans le shaker du grand hôtel, a partie liée avec l’imaginaire. Et qu’un assassin peut être aussi discret que l’homme à chapeau melon de Magritte, au visage dissimulé à jamais derrière une pomme verte.

Editions Pocket

Janvier 2014

156 pages

5.80€

Commenter cet article

Dubruit Danslesoreilles 07/08/2014 10:55

Certes, mais moi beaucoup moins

Alex-Mot-à-Mots 07/08/2014 10:47

Alors si Amélie Nothomb est enchantée !