Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de: Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent

Publié le 15 Septembre 2014 par Dubruit Danslesoreilles in Chroniques

Chronique de: Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent
6 h 27 — une rame de RER
Le silence, on entend juste les sons inhérents au déplacement du train. Pourtant, il y a une bonne vingtaine de personnes dans la rame. Ils sont tous attentifs. Un jeune trentenaire déplie un strapontin, s’y assoit. Comme chaque jour, il répète les mêmes gestes. Il sort délicatement d’une pochette des feuilles volantes provenant de livres tous différents. Il commence une lecture qui durera jusqu’à la station la plus proche du lieu de travail de cet amoureux de littérature.

Cet homme, c’est Guylain et son métier, c’est conducteur de machine. Mais attention, pas n’importe laquelle ; la Zerstor 500 est une énorme déchiqueteuse à papier de l’usine de recyclage.

« Guylain Vignolles, un vrai nom dans lequel il aurait pu se construire, le corps et l'esprit bien à l'abri derrière quatre syllabes inoffensives. Au lieu de cela, il lui avait fallu traverser son enfance avec, accrochée à ses basques, la contrepèterie assassine : Vilain Guignol. En trente-six ans d'existence, il avait fini par apprendre à se faire oublier, à devenir invisible pour ne plus déclencher les rires et les railleries qui ne manquaient pas de fuser dès lors qu'on l'avait repéré. »

Guylain croisera la route de plusieurs individus qui sortent tous de l’ordinaire. Il y a Guiseppe, l’ancien collègue de boulot qui s’est fait broyer les jambes par la déchiqueteuse de prose, le gardien de l’entreprise qui ne parle qu’en alexandrins et Julie, la mystérieuse dame pipi.

J’ai particulièrement apprécié la première partie du récit où Jean-Paul Didierlaurent personnifie la Zerstor et en fait un ogre avide de papiers et de chair fraiche. La galerie de protagonistes est elle aussi bien trouvée. On a l’impression d’être dans un univers proche de celui d’Amélie Poulain.

Une drôlerie attachante, douce et sans méchancetés, voilà comment je définirais Le liseur du 6 h 27.

L’écriture et fort sympathique, mais, je pense que le roman manque d’un véritable fil rouge (la quête de Guylain commence en seconde partie seulement). Cela dit, si vous cherchez une lecture légère et un brin poétique, Le Liseur du 6 h 27 devrait vous ravir.

 

4ème de Couverture :

Employé discret, Guylain Vignolles travaille au pilon, au service d’une redoutable broyeuse de livres invendus, la Zerstor 500. Il mène une existence maussade mais chaque matin en allant travailler, il lit aux passagers du RER de 6 h 27 les feuillets sauvés la veille des dents de fer de la machine… Dans des décors familiers transformés par la magie de personnages hauts en couleurs, voici un magnifique conte moderne, drôle, poétique et généreux : un de ces livres qu’on rencontre rarement.

 

Au Diable Vauvert

Main 2014

217 pages

16€

 

 

Commenter cet article

Evie & Darcy 20/09/2014 12:36

Je suis attirée par ce livre depuis quelques temps... Merci pour cette bonne chronique qui m'a apporté quelques précisions!

Dubruit Danslesoreilles 16/09/2014 06:47

Oui, il faut juste prévoir 1h30

Scarlett Julie 15/09/2014 21:19

Un joli roman positif qui se lit d'une traite ;)

Alex-Mot-à-Mots 15/09/2014 18:52

Cela change des polars.