Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de Pétronille d'Amélie Nothomb

Publié le 12 Septembre 2014 par Dubruit Danslesoreilles in Chroniques

Chronique de Pétronille d'Amélie Nothomb

Comme chaque année à la fin août début septembre, Amélie Nothomb publie un livre. Cette fois, je me suis laissé tenter avec Pétronille.

Dans ce roman, l’auteure se met en scène puisque le narrateur n’est autre qu’Amélie Nothomb en personne. Cela veut dire que nous allons avoir droit à beaucoup de faits avérés (les fans devraient se régaler) qui seront tout de même travestis par le prisme de la folie (au sens positif du terme) de l’écrivaine.

Tout commence en 1997, lors d’une dédicace. Amélie rencontre Pétronille, une femme aux allures de jeune homme. Le caractère de cette dernière est bien trempé ! Issue d’une famille communiste, elle est à mille lieues de la vie menée par l’auteure à succès.

 

Des livres et des bulles

 

Les deux individus vont se réunir autour du champagne et de l’écriture. Ces deux éléments sont d’ailleurs le terreau du livre. Amélie Nothomb cri son amour des bulles au monde entier à tel point que l’alcool est le troisième personnage de texte.

Pétronille et Amélie vont devenir amies de beuverie tantôt en déambulant dans les rues de Paris ou Londres, tantôt sur les pistes de ski, mais toujours une coupe à la main.

À noter que  Pétronille semble en partie inspirée de Stéphanie Hochet, auteure elle aussi. À n’en pas douter, ce coup de pouce lui permettra de se faire une jolie place auprès des libraires.

Ce roman se lit comme Amélie Nothomb boit une flûte de champagne, c’est-à-dire vite (c’est elle qui le dit dans le texte, n’allez pas me traiter de mauvaise langue). Il pétille de fort belle manière et son ivresse est douce. Sa consommation est agréable et ne laisse pas de trace le lendemain matin. Un livre sympathique donc, que j’ai pris plaisir à déguster bien que d’ordinaire, ma préférence va aux alcools forts.

 

4ème de couverture :

« Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »

 

Albin Michel

Aout 2014

180 pages

16.5€

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 13/09/2014 21:07

Je crois que je préfère acheter une bouteille de bon champagne, plutôt.