Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de Samedi 14 de Jean-Bernard Pouy

Publié le 25 Septembre 2014 par Dubruit Danslesoreilles in Chroniques

Chronique de Samedi 14 de Jean-Bernard Pouy

Les éditions La branche ont réunis 13 auteurs au sein d’une même collection : Vendredi 13. Autour de cette date, les écrivains ont construit 13 romans noirs qui ont pour volonté d’être « musclés, mordants, au vitriol ».

Aujourd’hui, ces œuvres sortent en poche chez Pocket. Samedi 14 de Jean-Bernard Pouy est le troisième de cette collection.

Jean-Bernard Pouy est à l'origine de plus de 40 livres ! Rien que ça ! C’est aussi lui qui inaugura le concept de Le Poulpe en 1995. C’est à se demander comment j’ai fait pour passer à côté jusque maintenant.

Samedi 14 met en scène Maxime Gerland, ancien activiste/terroriste et tête pensante du collectif Van Gogh, qui avait pour marque de fabrique, l’habitude de couper l’oreille des puissants de ce monde puis de les relâcher.

Aujourd’hui à la retraite dans la Creuse, il se rend, un jour sur deux, chez ses voisins, un couple de petits vieux plutôt sympa, pour boire l’apéro. Il consacre le reste de son temps à cultiver son jardin (où il fait tout de même pousser un peu d’herbe). Bref, une vie pépère et sans histoires bien loin des frasques de son passé.

Son  bonheur va basculer le jour où des agents des RG  débarquent chez lui afin de surveiller le domicile de ses voisins. En effet, ses compagnons d’apéro ne sont autres que les parents du premier ministre. Ce dernier, plutôt impopulaire, est la proie de virulents opposants. L’homme d’état a peur que ses géniteurs soient la cible de représailles.

Gerland n’étant pas le genre à se laisser faire, il va  donner bien du fil à retordre au chef des opérations, un certain Dormeaux.

Impossible de résister à ce pitch ! Le personnage du terroriste retraité  est savoureux, Jean-Bernard Pouy en fait un passionné de culture qui se promène toujours avec Les Pléiades.

Ce roman  est une petite merveille. L’auteur choisit de lui conférer plusieurs couleurs. La première partie, qui se passe au domicile de Guerland, permet de poser les bases du protagoniste et se révèle très drôle. On embarque ensuite dans une chasse à l’homme où l’on se demande parfois qui est véritablement le traqué.

Jean-Bernard Pouy a une plume très personnelle dont je suis instantanément tombé sous le charme, ne me reste plus qu’à me plonger dans de sa très fournie bibliographie.

 

4ème de couverture :                                                                                                                            

Alors que Maxime  s'était rangé des voitures et retiré à la campagne, voilà que, sous prétexte que ses voisins sont les parents du nouveau ministre de l'Intérieur, les CRS viennent lui chatouiller les arpions et piétiner son potager. Mais on ne réveille pas impunément un ancien terroriste à la retraite ! Surtout un vendredi 13.

 

 

Editions Pocket

Juillet 2014

160 pages

5.30€

 

 

 

Commenter cet article

Dubruit Danslesoreilles 25/09/2014 19:51

De rien Stémilou! Il vaut le coup Alex

Alex-Mot-à-Mots 25/09/2014 18:00

Je n'en ai lu qu'un, et je n'ai pas accroché. Il faudrait que je lui redonne sa chance.....

Stémilou 25/09/2014 08:47

oohh ça m'a l'air bien sympa tout ça, je me le note :) Merci