Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de L'Oeil du Prince de Frédérique Deghelt

Publié le 26 Octobre 2014 par Dubruit Danslesoreilles in Chroniques

Chronique de L'Oeil du Prince de Frédérique Deghelt

L’œil du prince est le terme que l’on emploie pour désigner dans un théâtre la place qui offre le meilleur point de vue, celui d’où il n’y a aucune distorsion optique.

Avec un titre comme celui-ci, on s’attend à ce que le lecteur détienne toutes les clefs de compréhension, et ce dès le départ, pour avoir une vision omnisciente de l’histoire. Or, il n’en est rien, bien au contraire. En effet, le livre, composé de cinq chapitres/nouvelles, est, le plus souvent, écrits à la première personne.

« A travers les époques »

Grâce à son journal intime, nous suivrons  Mélodie, jeune cannoise de 17 ans issue de la bourgeoisie. La demoiselle se sent bien loin de cet univers superficiel auquel elle appartient et voue une passion pour la littérature, le jazz et le 7e art.

Yann, lui est un français expatrié aux États-Unis. Il tente de se reconstruire après la mort de sa femme et sa fille dans un accident de la route. Il écrit également un journal où l’on pourra découvrir ses errances et ses états d’âme.

La troisième partie prend la forme d’une correspondance entre deux résistants qui tomberont sous le charme l’un de l’autre malgré la sombre période qu’ils vivent (la Seconde Guerre mondiale).

 Il y aura aussi Benoît, Jazzman qui a parcouru le monde et dont le couple est à bout de souffle.

Et enfin, dans le dernier chapitre, une vieille dame fait le bilan sur sa vie…

Ce roman puzzle ne dévoilera toutes ses ficelles (plus ou moins grosses) qu’en toute fin de lecture.

« Une construction ambitieuse »

Frédérique Deghelt survole plusieurs générations et fait de nombreuses références a des événements inscris dans le subconscient collectif (la sortie du Grand Bleu à Canne, la mort de Chet Baker, celle de JFK, l’occupation, …). L’œil du prince est ambitieux dans sa construction et la promesse d’un livre « à tiroirs » est en grande partie tenue. Une seule révélation m’a paru incongrue, pour les autres, elles sont bien amenées.

La plume de l’auteur est agréable, le ton est doux-amer et ne tombe pas dans le piège de la mièvrerie.

J’ai pris plaisir à lire cette saga qui n’en est pas forcément une, du moins au départ…

 

4ème de Couverture :

Années 1980: Mélodie, une jeune Cannoise, commence son journal intime. 1964 : Yann, un Français habitant New York, semble avoir laissé sa vie derrière lui. Vingt ans plus tard à San Francisco, Benoît voit son couple se déliter alors même que sa carrière de pianiste connaît une envolée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux résistants, Alceste et Agnès se découvrent amoureux grâce à leur correspondance. Celle-ci sera ouverte, un demi-siècle plus tard, par une vieille dame aux pensées habitées par les hommes qu'elle a aimés. Cinq voix s'élèvent à travers le temps et l'espace pour tenter de saisir leur chance, de comprendre leur vie, de mettre des mots sur le sentiment amoureux. Destin, hasard ou fatalité, un seul être peut savoir ce qui les lie : le lecteur

 

Editions J’ai Lu

Septembre 2014

381 pages

14€

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 27/10/2014 10:14

Finalement, il a l'air pas mal. Je me laisserai bien tenter.