Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

La patience du Diable de Maxime Chattam

Publié le 8 Mai 2015 par Laetitia Douay-Robert in Chroniques

La patience du Diable de Maxime Chattam

Avec La conjuration primitive Maxime Chattam nous a embarqué à travers l'Europe, courant après des êtres de plus en plus sombres et diaboliques. Un dénominateur commun *e, obscure symbole réunissant des enquêteurs qui fouillent toujours au plus profond d'eux-même pour mieux se mettre dans la peau de leurs tueurs . Des enquêteurs qui s'inspirent des plus noirs criminels jusqu'à entrer dans leur tête. Des images fortes et choc, on en redemande !

Et voilà que cette même équipe se retrouve dans La patience du diable.

On y suit notre enquêtrice Ludivine Vancker, si forte et si faible à la fois, tiraillée entre son boulot, ses collègues et ses enquêtes au point de laisser le Mal entrer au plus profond d'elle-même, de s'en imprégner : « Elle avait affronté les pires spécimens et, pour en chasser les fantômes, elle avait décidé d'en décortiquer les âmes. […] Pour comprendre les démons du monde, il fallait explorer leurs ténèbres.», jusqu'à y rencontrer le diable en personne. Rêve ou réalité ?

 

         Toujours est-il que ces meurtres, cette suite de tuerie barbare et toujours plus cruelle ( fusillade dans un train, pluie d'acide dans un supermarché, fusillade dans un restaurant et un cinéma ) ne nous laissent pas indifférents et viennent troubler nos esprits rationnels.

Chattam met donc l'accent sur la folie meurtrière touchant l'ensemble de notre société induite par des esprits psychologiquement troublés en quête d'un idéal diabolique au sens littéral : «  Il sait qu'il a pour lui notre nature versatile, nos doutes, et la direction qu'a prise notre société. Tout ce qu'il a à faire, c'est semer ses graines et attendre. La patience du diable, mademoiselle, c'est la meilleure arme contre nous. » Le ton est donné. Le mal s'apparente au diable et ça va frapper fort !

 

         Difficile de se sortir d'un tel roman sans éprouver un sentiment malsain, une interrogation sur notre société et ses limites. Même si le thème de la peur est assez récurrent chez Chattam, ce roman fait encore mouche et j'en veux encore. Alors je continue et commence un nouveau roman Que ta volonté soit faite. On reste dans le même registre. Après le diable va-t-on rencontrer Dieu ? J'en doute.

Bonne lecture

4ème de couverture:

LE MAL PEUT-IL CONTAMINER CEUX QUI LE TRAQUENT ?

Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue...
Deux ados qui tirent sur les passagers d'un TGV lancé à pleine vitesse...
Des gens ordinaires découverts morts... de terreur. Le diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la section de recherches de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu'un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l'empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

Après La Conjuration primitive, Maxime Chattam, dans ce thriller d'une maîtrise glaçante, sème plus que jamais le doute.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 11/05/2015 10:56

Voilà qui me donne envie de renouer avec l'auteur.