Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de Revival de Stephen King

Publié le 23 Octobre 2015 par Gaylord Kemp in Chroniques

Chronique de Revival de Stephen King

Depuis 2013, Stephen King est omniprésent chez les libraires français. Très prolifique, il délivre des romans variés et de qualité. Après 22/11/63, Joyland, Docteur Sleep et Mr Mercedes, voici Revival, le 5ème titre du maitre de l’horreur paru en 3 ans seulement.

 

1963, le Maine.  Jamie est un jeune américain de 6 ans. Sa famille est très pieuse et la religion tient une place importante dans son quotidien. Il mène une existence tranquille et son destin semble être déjà tracé. Tout sera pourtant chamboulé avec l’entrée en scène de Charles Jacob, le nouveau révérend du village.

Très vite, l’homme de Dieu tisse un lien fort avec Jamie et partagera avec lui sa passion pour l’électricité. La maitrise de cette énergie permettra même à Jacob de soigner le frère de Jamie qui avait perdu l’usage de sa voix.

La limite entre le miracle et la science est  très faible.

3 ans après son arrivée, un drame va frapper Jacob de manière indélébile.

Le révérend quittera son ami, le Maine et se détournera de Dieu.

Le petit Jamie grandit, Il est désormais guitariste de rock. Il succombe malheureusement aux démons de la drogue. Le hasard fera qu’il croisera de nouveau la route de Jacob alors devenu forain. L’ancien révérand a monté un tour … à base d’électricité bien sûr. Il guérira Jamie de son addiction grâce à une de ses inventions.

 

Dès le départ King annonce la couleur. Il dédie le livre à Marie Shelhey, Bram Stoker ou encore Lovecraft. Il cite même ce dernier en ouverture du texte :

« N’est pas mort ce qui à jamais dort,

Et au fil des âges peut mourir même la mort »

Pour une mise en ambiance, c’est réussi. On tourne les premières pages en s’attendant à du fantastique et de l’horreur.

Pourtant, ce n’est pas vraiment le cas, pas pendant les 3/4 du livre du moins. Revival évoque plus Joyland que Docteur Sleep. Stephen King prend le temps de poser le décor et les protagonistes de son histoire. Au premier plan, nous assisterons au parcours initiatique du jeune Jamie. Sa déchéance avec la drogue, puis sa rédemption. Beaucoup de bondieuseries sont au programme, trop à mon goût dans les cent premières pages.

Sephen King accentue le parallèle avec Joyland en faisant référence aux forains.

Revival n’est malheureusement pas du même tonneau que son ainé. Les personnages sont bien moins attachants et l’auteur ne m’a pas emporté dans un torrent émotionnel comme cela fut le cas avec Joyland.

Il y a tout de même de belles réussites. La scène où le révérend guérit le frère de Jamie est captivante et celle du drame que va vivre Jacob est saisissante.

Voilà pour les 3 premiers quart du roman. Parlons maintenant des 100 dernières pages.

C’est à la fin du livre que Stephen King tiendra ses promesses. Là, il invoque le Frankenstein de Shelley ou le Herbert West Réanimateur de Lovecraft. C’est bourré de clins d’œil. L’auteur s’amusera même à utiliser le vocabulaire cher à l’auteur de Providence.

On se régale, on frissonne, on écarquille les yeux dans ce final palpitant.

 

Si je devais comparer Revival à l’électricité, cela serait un courant alternatif. Il y a de fortes oscillations. J’ai parfois été à la limite de m’ennuyer, et d’autre fois j’ai été happé dans l’univers du King.

 

Nous n’avons pas fini de lire du Stephen King puisqu’un recueil de nouvelles et la suite de Mr Mercedes devraient bientôt voir le jour.

 

4ème de couverture

La foudre est-elle plus puissante que Dieu ?

Il a suffi de quelques jours au charismatique Révérend Charles Jacobs pour ensorceler les habitants de Harlow dans le Maine. Et plus que tout autre, le petit Jamie. Car l'homme et l'enfant ont une passion commune : l'électricité.
Trente ans plus tard, Jamie, guitariste de rock rongé par l'alcool et la drogue, est devenu une épave. Jusqu'à ce qu'il croise à nouveau le chemin de Jacobs et découvre que le mot « Revival » a plus d'un sens... Et qu'il y a bien des façons de renaitre !
Addiction, fanatisme, religion, expérimentations scientifiques... un roman électrique sur ce qui se cache de l'autre côté du miroir. Hommage à Edgar Allan Poe, Nathaniel Hawthorne et Lovecraft, un King d'anthologie.

« On est littéralement sonné par la fin, une des meilleures de King. » Publishers Weekly

 

Editions Albin Michel

Octobre 2015

448 pages

23.50 eur

Commenter cet article

Khiad 01/12/2015 13:21

J'ai eu grosso modo la même impression que vous.
Un départ qui traine en longueur et une fin que l'on dévore.
Je ne peux pas vraiment dire que je suis déçue, mais je trouve néanmoins que ce n'est pas son meilleur roman (même s'il reste très bien écrit).

Valsissi 24/10/2015 11:53

Ce livre a l'air bien !

Cassandre 24/10/2015 09:02

Il me tarde de le commencer !

DBDLO 24/10/2015 09:27

Tu me diras ce que tu en a pensé Cassandre.