Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique d' "Hellraiser" de Clive Barker

Publié le 25 Mai 2013 par Dubruit Danslesoreilles

Chronique d' "Hellraiser" de Clive Barker

Petite infidélité le temps d’un court récit aux polars, thrillers ou autres romans noirs.

Retour en arrière au temps de mes premiers amours : les romans de terreurs.

Ma découverte de Clive Barker remonte il y a pile 20 ans un jour de juin où, pour mes douze ans, une amie m’offrait « Le voleur d’éternité », premier roman jeunesse écrit par l’auteur britannique. A l’époque j’avais déjà pas mal parcouru la Bibliographie de Stephen King mais ce jour-là, celui que l’on nommait alors le nouveau « Stephen King » a détrôné le roi dans mon cœur de lecteur.

Depuis j’ai lu la quasi intégralité de l’œuvre de Barker. C’est avec plaisir que j’ai replongé dans son univers avec « Hellraiser », roman écrit en 1986 mais qui ne sera publié que bien plus tard (2006 en France). Etonnamment c’est d’après ce texte que le britannique réalise son premier film qui connaitra un succès mondial au cinéma.

Aujourd’hui il sort en poche chez Folio SF avec une sublime couverture. Un appel auquel je n’ai pas pu résister.

« Hellraiser » c’est avant tout un triangle amoureux entre Rory et Julia qui sont mari et femme ainsi que Frank le frère de Rory. Tel les deux faces d’une même pièce les frères sont totalement différents bien qu’issus du même moule. Rory est jovial et très apprécié, il a toujours des amis dans son sillage, alors que Frank lui, est une tête brulée qui ne connait pas de limites dans sa quête de sensations fortes. Il commettra même l’affront suprême en couchant avec Julia peu de temps avant que cette dernière jure fidélité à Rory devant l’autel.

Cette recherche absolue du plaisir pousse Frank vers la dépression. Il est blasé, plus rien ne le fait vibrer. Du moins jusqu’à ce qu’il entre en possession d’une mystérieuse boite à musique qui, selon les dires, renferme la clef de la jouissance absolue.

C’est en fait une passerelle vers un autre lieu au-delà de la réalité, le domaine de créatures affichant un masque de souffrance pour visage et qui réserveront un sort tout autre à Frank que celui qu’il s’imaginait.

Les thèmes chers à Clive Barker qu’il développera dans ses romans suivant sont ici présents. A savoir le lien étroit qu’il existe entre la douleur et le plaisir, la trahison et la monstruosité tapie en chacun de nous.

L’écriture est fluide, belle, onirique et puissante.

Si ce livre n’est assurément pas son meilleur il n’en reste pas moins une large coudée au-dessus de tout ce qui se fait dans le genre.

Barker est un enchanteur morbide qui a su se construire un univers bien à lui peuplé d’étranges créatures, de désirs et de douleurs.

Le maitre de la terreur c’est lui ! (avec Lovecraft bien sûr !).

« Tels les hommes et les femmes, les saisons se désirent, afin de se guérir de leurs excès. »

Editions folio SF

Avril 2013

155 pages

5.5€

Commenter cet article