Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de "La Mémoire du Bourreau" de Maud Tabachnik

Publié le 11 Juin 2013 par Dubruit Danslesoreilles

Chronique de "La Mémoire du Bourreau" de Maud Tabachnik

Maud Tabachnik n’en est pas à son premier essai ! Une trentaine de romans à son actif et je n’en avais encore jamais lu un seul. J’ai profité de la réédition de « la Mémoire du Bourreau » (sortie en 1999 à l’origine) pour pallier à ce manque. Et je peux vous dire que j’ai été inspiré car ce livre est très bon.

Le sujet est difficile à aborder. Anton Strübell est un ancien officier SS qui vit aujourd’hui sous la protection du régime syrien. Il est riche, baigne dans l’allégresse sans crainte de représailles concernant son sulfureux passé. Il est ami avec des gens de pouvoir qui lui garantissent protection.

Son fils lui propose de l’interviewer et d’écrire un livre sur ses mémoires. Un livre avec des faits historiques bien sûr mais aussi sur la vie de l’ancien nazi. Il sera question de son évolution au sein du parti mais aussi de la rencontre avec sa femme, la mort d’un de ses enfants…

Maud Tabachnik a la bonne idée de mettre Strübell face à son fils ce qui donne au roman un élan dramatique et pose aussi la question de la transmission de ses propres valeurs à ses descendants. Il n’y a pas de compromis ni langue de bois. Ici le SS n’a aucun remord. Il désire ardemment, par le biais de ses mémoires, ressusciter l’idéologie nationale-socialiste de l’époque.

Le fils quant à lui, au fil du récit et des atrocités commises par Anton, remettra en question les décisions de son père.

La construction du livre est à couper le souffle. Vraiment, quelle maitrise. On oscille entre souvenirs, discussions entre père et fils, et récit présent à la première personne. Le tout s’enchaîne en toute fluidité. Du grand art.

On apprend beaucoup sur l’époque car Maud Tabachnik s’est très documentée. Certains passages sont très durs et, le fait qu’ils soient racontés par un vieil homme à son fils, ajoute encore plus d’ambiguïté à la nature humaine. Le bourreau a dans ce livre visage humain et c’est peut-être ce qui le rend encore plus terrifiant.

Nous ne sommes pas en présence d’un thriller classique, je pencherais plutôt pour le roman noir historique. Une première pour moi.

Le sujet est brûlant, dramatique et profondément humain. La plume est incroyable. Enchanté de faire votre connaissance Mme Tabachnik.

Editions J’ai lu

225 pages

Juin 2013

6.2€

Commenter cet article

tabachnik maud 21/06/2013 11:44

Très agréable ce commentaire, merci, et c'est vrai que ce livre par ce sujet m'est très proche. Le challenge que l'éditeur m'avait proposé était d'entrer dans la tête d'un tueur, pas un simple assassin, ai-je pensé, mais l'un de ces abominables meurtriers pour qui massacrer et déshumaniser l'autre est source de plaisir, et j'ai choisi un nazi. L'écriture de ce livre m'a été difficile.

Alex-Mot-à-Mots 13/06/2013 09:31

J'aime bien cette auteure, je trouve qu'elle propose des polars efficaces.

Dubruit Danslesoreilles 12/06/2013 11:44

Je vais suivre ton conseil Dewilde!

Dewilde 12/06/2013 11:20

Une auteur que j'aime beaucoup; je ne connaissais pas ce titre mais, aucune crainte, je vais me le procurer. Ta chronique y fait beaucoup, je te le dis en toute simplicité. Je te conseille vivement, j'en choisis un parmi d'autres, "Le chien qui riait", magistral, un énorme coup de coeur.

Dubruit Danslesoreilles 12/06/2013 10:51

je pense que tu ne seras pas déçue Karine