Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de "Le Coeur Noir" d'Axelle Fersen

Publié le 20 Mars 2013 par Dubruit Danslesoreilles

Chronique de "Le Coeur Noir" d'Axelle Fersen

LA CHRONIQUE :

« Le Cœur Noir » est le premier roman d’Axelle Fersen fraîchement arrivé aux éditions Ex-Aequo.

Il souffle un vent de fraîcheur dans mes lectures actuelles car, bien qu’il s’agisse d’un thriller, il fait partie de la famille des thrillers dit ésotériques, genre rarement lu par votre serviteur. Le moins que l’on puisse dire c’est que ce genre permet à l’auteur de faire voyager le lecteur. Que ça soit à travers l’espace (Paris, Rome, New-York…) et le temps (1515, nos jours).

Nous accompagnons Andréa de Saint Germain et ses quatre amis à travers une folle enquête sur les traces d’une pierre sacrée le fameux Cœur Noir qui est lié à un mystérieux meurtre commis dans les rues de Rome.

En vrac et dans le désordre : Franc- Maçons, sociétés secrètes, grandes énigmes, groupuscules occultes, conspirations, j’en passe et des meilleurs le tout tenant dans moins de 350 pages ! Alors accrochez vos ceintures c’est parti.

Il y a beaucoup de personnages. Les quatre amis d’Andréa déjà qui ont chacun un rôle bien précis, le flic, le féru d’histoire, l’informaticienne et la spécialiste de l’ésotérisme. Et aussi une bonne dizaine d’autres qui permettent tous de faire évoluer l’histoire assez complexe. A ce titre je vous recommande une attention vraiment poussée lors de la lecture de ce thriller, dans le cas contraire vous risquez d’être vite perdu.

La première partie est la plus complexe à ce niveau mais on se laisse vite prendre au jeu et la peur que j’avais de trouver des personnages un peu caricaturaux disparait rapidement.

Il faut également souligner la qualité de l’écriture d’Axelle Fersen. Les phrases sont bien construites dans un style très élégant. On sent l’auteur érudit et vraiment très documenté sur le sujet. On pense forcement au « Da Vinci Code » ce qu’Axelle Fersen assume pleinement car elle cite l’œuvre de Dan Brown dans l’intrigue : « Un sacré bon polar d’après mes souvenirs, un zeste d’histoire et des personnages attachants… ». Cette phrase résume je pense l’ambition de l’auteur pour « Le Cœur Noir » et Mme Fersen : la mission est remplie.

On passe un bon moment en compagnie de ce groupe d’amis qui au grès des révélations nous donne envie de résoudre cette énigme avec eux.

Ce roman s’inscrit dans le cadre d’une série ce qui explique la richesse de la trame et la multitude d’acteurs. Bien sûr nous restons sur notre faim en fermant ce livre car il reste tant d’interrogations… qui seront bien sur résolues dans les tomes à venir…bientôt je l’espère.

Editions Ex Aequo

Février 2013

340 Pages

25€

Chronique de "Le Coeur Noir" d'Axelle Fersen

Présentation de l’auteur par l’éditeur :

Axelle FERSEN est le nom de plume d’un haut fonctionnaire qui travaille depuis près de dix ans dans un ministère régalien. Elle occupe depuis plusieurs années des fonctions de direction dans le domaine financier. Férue de romans policiers, en particulier ésotériques, elle signe avec le Cœur noir son premier thriller, dont l’intrigue, à l’atmosphère occulte et surnaturelle, proche des sociétés secrètes, des rites et de la magie, met en scène un groupe d’amis confrontés à certains grands mystères qui ont agrémenté l’histoire de France et d’ailleurs.

L’interview de l’auteur

Un Grand merci à Axelle Fersen d’avoir accepté de répondre à mes questions !

  • « Le Cœur Noir » est votre premier roman, comment en êtes-vous venue à l’écriture ?

J’ai toujours aimé lire, mes goûts sont éclectiques, mais j’ai bien accroché aux polars au début des années 2000 et un peu plus tard aux thrillers ésotériques. Ce n’est qu’au décès de mon père, à la mi 2000, que j’ai eu envie d’écrire pour la première fois, sans doute pour lui rendre hommage. Pour le faire revivre aussi ; lorsqu’on lit le Cœur noir (CN), c’est tellement évident.

  • Quand avez-vous commencé à travailler sur le premier tome de la série du Grand Œuvre ?

J’ai donc commencé l’écriture du CN fin 2004. Parallèlement, je m’étais passionnée pour les templiers, moins pour le mystère qui entoure la disparition de leur soi-disant trésor que pour leurs règles de vie : l’idéal qu’ils véhiculent (vœux divers, protection des pèlerins sur les routes des lieux saints, etc…) ne peut qu’interpeller un haut fonctionnaire travaillant au ministère de la défense. C’est ainsi que je commençais à dévorer les livres les concernant, de Gérard de Sède à Régine Pernoud, Eliette Abecassis et tant d’autres en passant par celui qui m’aura le plus marqué, vous comprendrez pourquoi, l’Enigme sacrée, de Baigent, Leigh et Lincoln. Petit à petit, à la lecture de ce livre, l’idée a germé dans mon esprit de faire se confronter un groupe d’amis (je suis d’une génération très marquée par la série Friends) à certains mystères ésotériques, notamment celui de Rennes Le Château (RLC). Et là, catastrophe, sortie du Da Vinci Code, dont la matière était très largement fournie par le livre des trois américains. Il me fallait donc changer de cap, sauf à n’être qu’un vulgaire plagiaire. Il reste toutefois, et c’est une évidence notamment au travers du Prieuré de Sion, des influences incontestables entre le CN et le Da Vinci Code. Mes fonctions au ministère me prennent beaucoup de temps, j’ai donc avancé lentement dans le travail d’écriture. Le CN n’a été terminé qu’en 2011, soit six ans après les premiers mots couchés sur le papier ! Une fois accepté par les éditions Ex æquo, il a subi quelques changements complémentaires, notamment dans le sens de son allègement.

  • A-t-il était évident dès le départ qu’il y aurait plusieurs volumes ?

Tout à fait. J’ai construit le Grand Œuvre autour de l’idée d’une double progression, à chaque tome, un peu comme dans les enseignements de la kabbale : celle des personnages que je souhaitais voir évoluer, au fil des enquêtes, et celle de l’enquête elle-même, qui devait permettre, au fil de l’eau, de confronter le lecteur aux multiples mystères ésotériques qui ont agrémenté l’histoire de la France et du Monde ; dieu sait que la matière ne manque pas… Chaque personnage est très différent, tous apportent un petit quelque chose à l’histoire, ce qui à mon sens permet de sortir de l’archétype du héros solitaire qui rencontre - et perd - de façon récurrente l’âme sœur… J’ai délibérément conservé ce petit côté « club des cinq », qui peut faire sourire, mais le personnage principal, sans doute le plus malmené de l’histoire, reste Andréa de Saint-Germain. La jeune femme, qui subit plus qu’autre chose les évènements au cours du premier tome, est censée découvrir et apprendre graduellement à maîtriser ses pouvoirs de projection dans le passé, un peu à la manière d’Aloysius Pendergast de Preston et Child. Et pourquoi pas au-delà…

  • De toute évidence ce roman vous a demandé un travail de recherches conséquent, il est très documenté…

Il a demandé effectivement beaucoup de recherches, mais ce travail me plait. Ceci explique également la lenteur du travail d’écriture. J’ai lu beaucoup sur les templiers, les sociétés secrètes dont le prieuré de Sion, sur les groupements catholiques, j’ai étudié les Clavicules de Salomon, que j’utilise pour décrire le rituel opéré par Clara aux fins de retrouver le Cœur noir, lu des écrits apocryphes sur RLC (manuscrits Lobineau, Serpent rouge, etc…), travaillé sur les biographies d’Aleister Crowley, etc… C’était d’ailleurs assez amusant d’écouter les litanies de ce grand mage noir sur Youtube : et oui, il existe des enregistrements de sa voix lors de certains rituels magiques ! J’ai tenté de les retranscrire dans le CN, cela donne un résultat amusant.

Le CN étant construit autour d’une quête, il suppose d’avoir toujours un coup d’avance en termes de recherches. C’est la raison pour laquelle je travaille dès à présent, en préparation du second tome, sur des sujets aussi divers que : les enseignements des maîtres tibétains, le virus H5N1, la mafia russe, l’abbé Gélis qui est pour moi un acteur majeur du mystère de RLC… mais je n’en dirai pas plus…

  • L’influence de Dan Brown est évidente, vous le citez même. Y a-t-il d’autres auteurs qui ont impacté votre écriture ?

Je suis extrêmement bon public pour les thrillers ésotériques… la preuve, j’aime bien le Cœur noir… rire. Plus sérieusement, j’aime beaucoup Dan Brown, Steve Berry, Glenn Cooper, Raymond Khoury, Ian Pears, etc.... Côté France, j’apprécie tout particulièrement Giacometti et Ravenne, mes préférés avec Henri Loevenbruck, Frédéric Lenoir et Didier Convard pour la BD (Triangle secret, INRI).

Mais si je devais partir sur une île déserte et choisir un ou deux auteurs, j’emporterais avec moi les livres de Romain Gary et d’Oscar Wilde.

  • Et bien sûr pour finir la question que tous les lecteurs du « Cœur Noir » se posent : La suite c’est pour quand ?!

Excellente question que mon éditeur ne va pas tarder à me poser… Rire. La suite, à une petite exception près qui n’est pas des moindres (je ne me suis pas encore fait une religion sur ce que va devenir le Cœur noir, en fin de second tome), est structurée… dans ma tête. Les protagonistes du CN vont se retrouver ; Pitzer, à l’évidence, cherchera à se venger. J’ai déjà donné quelques indices sur ce que l’on pourra trouver dans le second tome du Grand œuvre, mais l’essentiel du propos sera de donner une version - ma version - du mystère de Rennes le Château. Je peux garantir à mes lecteurs qu’ils auront la réponse avant six ans ! ;-)

Commenter cet article

Jacques Landry 21/11/2013 05:49

Et bien moi je viens de terminer la lecture du Coeur Noir, et j'aimerais bien que la suite soit disponible.
Dommage qu'il faille attendre mais il faut souffrir parfois dans la vie.
Merci pour ce beau moment de lecture.

Marie 21/03/2013 21:23

J.ai lu ce livre! Il est captivant et très intéressant. C'est un thriller sur fond de sociétés secrètes plutôt effrayant. Mais ces sociétés existent!. En plus c'est bien écrit. Un vrai plaisir....

Dubruit Danslesoreilles 22/03/2013 06:52

Oui le roman est très documenté, et je suis aussi d'accord pour le style d'écriture de l'auteur qui est vraiment bon! On attend maintenant la suite...

Nyx 21/03/2013 18:22

Idem, j'ai très envie de découvrir ce thriller et cet auteur également (c'est vraiment très pertinent d'avoir mêlé chronique et interview d'ailleurs, ça attise doublement la curiosité !).

Dubruit Danslesoreilles 21/03/2013 20:14

Si ma chronique vous donne envie de lire le livre alors cela veut dire que j'ai bien fait mon job! :)

Alex-Mot-à-Mots 21/03/2013 10:30

Voilà qui me donne envie de découvrir ce premier roman.