Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de Rouge Ballast de Jean-Claude Le Chevère

Publié le 25 Juin 2013 par Dubruit Danslesoreilles

Chronique de Rouge Ballast de Jean-Claude Le Chevère

Rouge Ballast est le huitième roman de Jean-Claude Le Chevère.

Il s’agit d’un court roman de moins de 100 pages qui, bien qu’étant un roman noir, souffle un vent de fraîcheur sur mes lectures.

Nous sommes dans la campagne profonde de la Bretagne. Ici, tout le monde travaille à l’abattoir. Il n’y a pas vraiment d’alternatives. Alors après ses journées de travail, Bruno passe boire un verre au café. Il n’est pas pressé de rentrer chez lui, sa fille Gabrielle s’occupe de ses deux plus jeunes frères. Il faut dire que leur belle-mère Louise ne les aide pas vraiment, elle préfère se faire les ongles et travailler son bronzage.

Le quotidien du village sera chamboulé quand Mathilde, une vieille fille du bourg, se suicide en se jetant sous les rails (les habitants préfèrent dire qu’« elle a pris le train »). D’ailleurs s’est-elle vraiment suicidée ?

Toute l’originalité du roman tient au fait que Jean-Claude Le Chevère a choisi Gabrielle, la jeune collégienne, pour narratrice. Le regard de cette dernière sur la misère sociale qui l’entoure est irrésistible. J’ai souvent pensé au Darling de jean Teulé en lisant Rouge Ballast. Confronter la dureté sociale et la vision de Gabrielle qui est à mi-chemin entre l’enfance et l’âge adulte est fort judicieux.

Les personnages sont bien construits. Mention spéciale à Jirès, le petit dernier de la fratrie, qui bien qu’il ne parle pas encore à cinq ans, est le plus malin de toute cette galerie de personnages.

L’intrigue, même si elle reste classique, tient la route et fournit même son lot de fausses pistes.

Il y a également une vision de la misère sociale de ce village qui contient son lot de racistes et où les gens n’ont guère d’autres ambitions que de travailler à l’abattoir.

Voilà une petite parenthèse des plus sympathique.

Éditions des Ragosses

94 pages

Mars 2013

9.8 €

Commenter cet article