Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Le jour où je suis devenu juré (pour le prix du meilleur polar des lecteurs de Points) Episode II, la chronique de "Au lieu-dit Noir-Etang..." de Thomas H. Cook

Publié le 13 Mai 2013 par Dubruit Danslesoreilles

Le jour où je suis devenu juré (pour le prix du meilleur polar des lecteurs de Points) Episode II, la chronique de "Au lieu-dit Noir-Etang..." de Thomas H. Cook

Au lieu-dit Noir-Etang… est ma première lecture de la sélection du prix du meilleur polar des lecteurs de points.

Il sera je pense un peu à part dans la sélection car il ne s’agit ni de polar ni de thriller mais plutôt d’un roman noir voir même un drame.

Nous sommes en 1926 en Nouvelle-Angleterre. Henry est le jeune fils d’un directeur d’école pour garçons. Nous allons voir à travers ses yeux une relation adultérine que vont entretenir deux professeurs. D’un côté il y a Mr Reed, marié et père de famille qui cherche encore à s’accomplir et de l’autre Mlle Channing nouveau professeur d’arts plastiques de l’école, fraichement arrivée. Elle est d’une grande beauté et a vécu une vie de voyages et de liberté.

Dès le départ nous savons que l’histoire se finira de manière tragique avec un procès où Mlle Canning sera l’accusée. La construction du roman est originale car Thomas H. Cook fait parler Henry, le Henry d’aujourd’hui proche de la retraite qui subit les réminiscences de ses souvenirs d’enfance à l’occasion d’un retour sur les lieux du drame (pour une affaire concernant son travail).

Le rythme est lent, il règne une certaine torpeur dans les lignes que renferme ce livre. Ce qui frappe dès le départ c’est la maitrise qu’a l’auteur pour instaurer un climat. Thomas H. Cook a assurément une belle plume.

Il y a une totale opposition entre Mlle Channing et le mode de vie de l’époque dans cette région de la Nouvelle-Angleterre. Cette citation résume bien l’état de pensée du personnage : « Un artiste ne doit obéir qu’à ses passions…Tout le reste n’est que nœud coulant autour de son cou. ».

Bien que n’ayant rien à redire sur la qualité de ce livre je ne suis pas totalement rentré dedans, mais c’est une affaire de sensibilité personnelle. Je le recommande à tous les amateurs d’atmosphères noires et romantiques.

Editions Points

Janvier 2013

380 pages

7.60€

Commenter cet article

Dubruit Danslesoreilles 14/05/2013 18:00

Je viens de recevoir la suite de Lignes de sang qui se nomme Immondanités !

Sab Remy 14/05/2013 10:51

je dois lire ligne de sang rapidement on me l'a prêté , sinon l'apparence de la chair c'était un régal

Dubruit Danslesoreilles 14/05/2013 07:37

Oui c'est certain qu'après des lectures très violentes c'est assez agréable de changer d'air...Même si je vais rapidement me relire un Gilles Caillot (car niveau "livre qui cogne dur" Mr Caillot est très fort!)

Sab Remy 14/05/2013 07:17

un peu de romantisme dans ce monde de brut ne fera pas de mal à lire , je note

Pierre FAVEROLLE 14/05/2013 07:06

Salut même si j'ai adoré ce roman, coup de coeur chez moi, je comprends ton argumentaire. Cette année, chez Points, le choix va être difficile ! Amitiés