Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de La fable des cloportes de Dauthie et Cherruel

Publié le 19 Janvier 2014 par Dubruit Danslesoreilles in Chroniques, coups de coeur

Chronique de La fable des cloportes de  Dauthie et Cherruel

La fable des cloportes est le second polar du duo Dauthie/Cherruel. Leur premier roman, Les Châtiments d’Apophis, m’avait bien plu. Mais attention, là, on passe à la vitesse supérieure !

4ème DE COUVERTURE :

Prenez une fliquette épanouie, flanquez-la d’un lieutenant stagiaire introverti et hypocondriaque dont la maman artiste-peintre trouve l’inspiration dans des herbes opiacées ; immergez-les dans une fondation se consacrant aux sans-abri où des vieilles dames décèdent dans des conditions suspectes ; agrémentez l’affaire avec un ex-éditeur d’ouvrages libertaires devenu SDF et philosophe ; plongez le tout dans le décor dantesque des Grands Moulins de Paris à Marquette-lez-Lille ; saupoudrez largement d’humour noir. Enfin, servez chaud avec une sauce de mots détonants en substituant des space-cakes aux blinis, pour faire plus joli. Enfin, buvez une bonne pinte de raki pour faciliter la digestion.

 

MON AVIS :

Etienne Lalouze est une jeune recrue de la DIPJ. Enfin jeune… il a tout de même 50 piges le gaillard ! On peut dire que la vocation lui est venue tardivement. Remplissant  à merveille des diverses tâches administratives, Etienne n’est pas vraiment un flic de terrain. 

Pourtant, alors que tous les effectifs de la brigade sont occupés à traquer un bande organisée qui vole les bijoux des vieilles dames « à l’arraché », le commandant Emma Telier, n’a d’autre choix que de dépêcher Lalouze sur les lieux d’une mort qui pourrait être suspecte.

Et voilà que notre antihéros enquête sur ce décès pour le moins atypique :

 

« La vieille dame est quasiment nue. Elle porte un déshabillé arachnéen — poncif habituel des littératures érotico-pornographiques — par-dessous un soutien-gorge transparent qui laisse entrevoir les aréoles fripées de ses seins que la rigidité cadavérique n’empêche pas d’être flasques comme de gros préservatifs usagés. »

 

L’intrigue se déroule dans le milieu des associations qui aident les SDF à se loger. Les auteurs nous convient à leur vision très noire de la misère sociale.

Ils transposent de manière caustique, « la fable des abeilles » de Mandeville dans notre société dite moderne.

Voici un extrait de la thèse de Mandeville : « La fertile ruche était remplie d’une multitude prodigieuse d’habitants, dont le grand nombre contribuait même à la prospérité commune. Des millions étaient occupés à satisfaire la vanité et l’ambition d’autres abeilles [...] Chaque ordre était ainsi rempli de vices, mais la Nation même jouissait d’une heureuse prospérité. »

 

Chose originale, il y a deux narrateurs. D’un côté Etienne, de l’autre son supérieur Emma. Ce double emploi de la première personne est un peu déstabilisant au départ, mais Dauthie et Cherruel savent nous guider pour que l’on reconnaisse de qui il s’agit dès les premières lignes du chapitre.

C’est intelligent, bien écrit (nous avons affaire à des orfèvres de la langue française) et drôle.

Mention particulière pour le personnage de Lalouze, c’est simple, je l’adore ! Il a un énorme potentiel et j’espère le retrouver bientôt pour de nouvelles enquêtes !

 

Editions Le Riffle

310 pages

Novembre 2013

15 €

Commenter cet article

florent 24/01/2014 02:44

je plussoie... un très bon moment de lecture.

Dubruit Danslesoreilles 20/01/2014 09:29

Oui Alex! Un personnage au très fort potentiel!

Alex-Mot-à-Mots 20/01/2014 09:18

Lalouze : sacré nom de personnage !