Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Interview de Fulbert (avec la complicité d'Elodie Soury-Lavergne)

Publié le 6 Janvier 2014 par Dubruit Danslesoreilles in interviews

Interview de Fulbert (avec la complicité d'Elodie Soury-Lavergne)

En exclusivité pour DBDLO, Fulbert, le personnage principal de "Les cadavres en fleurs", a accepté de répondre à mes questions ( avec la complicité d'Elodie Soury-Lavergne bien sur).

Si ça ce n'est pas de l'interview décalée...

Bonjour Fulbert, je vous remercie de m’accorder cette interview d’autant plus que j’ai cru comprendre que vous n’aimiez pas trop les questions.

Bonjour. Si vous parvenez à poser des questions plus pertinentes que celle de ma Cindy, il n'y a pas de raisons pour que cette interview se passe mal.

 

Pouvez-vous vous présenter ?

Fulbert Roty. Ça ne sonne pas, vous l'aurez remarqué. Eh bien cela fait une trentaine d'année que je dois faire avec et je vous demanderai d'en faire autant. Je suis rentier. Orphelin, aussi. Dans la vie, je m'ennuie. Je suis seul. Ou presque. Je vis avec Rabbin, un chien juif circoncis que j'ai sorti des griffes d'une vieille peau. J'ai épousé un Piaf, aussi. Et la famille s'est agrandie avec l'arrivée d'une espèce de chien crétin et un bébé blobfish aveugle, plutôt attachant.

 

 

Ça fait quoi de ne pas être obligé de travailler (Fulber est rentier Ndlr)?

Les premiers temps, je pensais que je passais à côté de quelque chose. Comme je m'ennuyais un peu, je me suis inscrit au Pole Emploi. J'y ai rencontré un drôle de Piaf qui est devenue ma femme. Ça valait mieux que la solitude. Depuis, je m'ennuie un peu moins. En revanche, je me mets plus souvent en colère. Le Piaf n'y met vraiment pas du sien. Je ne sais pas quelle situation je préfère. Au fond, je m'en fiche. Tant que j'ai toujours un peu de temps pour Rabbin. J'ai testé un peu le monde du travail, aussi. Ça n'a pas été concluant. Je n'y ai trouvé personne dont l'intelligence surpassait celle de Rabbin. J'y ai seulement  vu des gens tristes, vides et abîmés, passant à côté de leur vie et des questions intéressante qu'elle comporte. Pourquoi aller s'enfermer toute une journée dans un bureau terne, derrière un ordinateur, à concevoir une quelconque opération dans le bit d'enrichir une entreprise, quand on ne connaît  même pas avec exactitude le processus de transformation d'une chenille en papillon ?

 

Votre mère, vous en parlez souvent. Elle vous manque ?

Drôle de question. La vôtre ne vous manquerait pas ? J'espère que vous ne l'avez pas laissée devenir une vieille peau...

 

Vous avez vraiment un problème avec les vieilles !

Non. Ce sont les gens qui ont un sens de l'esthétique contestable. Comment peut-on supporter de faner sans rien faire ? Maman, elle, a eu la chance de mourir jeune. Je regrette juste de ne pas avoir pu figer la fleur qu'elle était. Un joli tournesol. J'aurais pu la garder près de moi...

 

Chien juif, piaf, sirène, vous êtes un peu l’ami des bêtes non ?

Disons que je les attire. Je n'aime pas particulièrement les animaux. Je ne les déteste pas non plus. Du moins tant qu'ils n'envahissent pas ma vie et respectent un minimum les fleurs. C'est vrai que mon meilleur ami est un chien. Mais il a des qualités que peu d'humains peuvent revendiquer. Rabbin est plus proche de la fleur que du chien ou de l'être humain.

 

J’ai bien l’impression que vous aimez plus les fleurs que les êtres humains, je me trompe ?

Ce n'est pas vraiment ça. Ce que je préfère, ce sont les humains qui ont accompli leur destin floral. Quand j'en ai la possibilité, je les aide un peu.

 

Vous pratiquez la canne à strophes ? Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste et nous donner un exemple ?

C'est Marinette qui pratique ça. Une amie de Cindy. Une sirène. On peut comprendre qu'une sirène préfère pêcher des vers plutôt que ses congénères. Elle a construit quelques poèmes comme ça. Les vers péchés forment des strophes puis des poèmes. Je ne l'ai jamais trouvée très douée. Pour ma part, je n'ai pas essayé mais ça ne devrait pas être bien difficile de faire mieux.

 

Dites-nous quelques mots sur votre créatrice, Élodie.

Nous avons fait un bout de chemin ensemble. Trois ans. C'était plutôt agréable. Je lui dois Rabbin, mon chien juif circoncis. Je le lui rendrai un de ces jours. Je pense qu'elle ferait une jolie fleur pour ma collection "Les inattendues". Un perce-neige peut-être... Elle vient d'être trentenaire, je me laisse encore un peu de temps pour imaginer cette nouvelle fleur. D'autant que je voudrais lui laissent terminer les autres projets de romans sur lesquels elle travaille. Mais je ne lui imagine pas une autre fin que poétique.

 

Fulbert, vous êtes un bien étrange personnage. J’ai été ravis de vous rencontrer. Moi aussi j’aime beaucoup les fleurs, je vais d’ailleurs commencer un jardinet à l’image du vôtre…

Merci. Je vous souhaite bien du courage pour votre jardin. Ce n'est pas donné à tout le monde. A l'occasion, si le Piaf me laisse un peu de répit, je pourrais vous donner quelques conseils... Si un jour vous souhaitez intégrer le mien avant qu'il ne soit trop tard pour vous aussi, n'hésitez pas. Je vois clairement la fleur qui se cache en vous. Au fait, vous avez quel âge ?

 

 

 

 

Elodie Soury-Lavergne et rabbin, le chien de Fulbert!

Elodie Soury-Lavergne et rabbin, le chien de Fulbert!

Commenter cet article

Marc Lef 07/01/2014 09:17

Très sympa et j'ajoute qu'elle est très séduisante...

La Petite Souris 06/01/2014 18:09

très sympa cette interwiew. Je ne connais pas l'auteur et donc pas son livre non plus. A l'occase sans doute... :)