Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de la Verticale du fou de Fabio M. Mitchelli

Publié le 16 Juillet 2013 par Dubruit Danslesoreilles

Chronique de la Verticale du fou de Fabio M. Mitchelli

Bonjour, je me nomme Clarisse, j’ai 27 ans. Toute ma vie, j’ai pris garde à mon apparence. J’ai sculpté mon corps pour le rendre le plus désirable possible…et j’y suis parvenue. Je suis ce que l’on appelle une femme libérée (ou libertine si vous préférez), je l’assume parfaitement au plus grand plaisir de Chris, lieutenant de police à la criminelle et accessoirement meilleur ami de mon mari.

Pourtant ce corps, aujourd’hui, n’est plus que chair en décomposition. En effet, je suis morte et, en même temps que je vous parle, là dans ce bois aux arbres inquiétants, je regarde la police scientifique s’activer autour de mon cadavre nu, allongé dans l’herbe à la merci des insectes qui festoient à mes dépens.

Comment suis-je arrivée ici ? Qui a pris ma vie? Je vais enquêter sur ma propre mort, bienvenue dans la verticale du fou.

Voilà un petit résumé de mon cru afin de vous donner une idée de l’ambiance du livre.

J’ai découvert Fabio M Mitchelli il y a quelques mois de cela avec Transferts qui m’avait mis une belle petite claque…et bien il en est de même avec La verticale du fou.

Déjà, le sujet est dingue : Une femme « désincarnée » pose le regard sur son cadavre, nous raconte sa vie superficielle avec un recul post mortel des plus perturbant. Ensuite le fond, écrire à la première personne permet d’immerger le lecteur complètement dans l'état de conscience de Clarisse. La prolifération d’adjectifs décrivant les différents stades de la mort renforce ce sentiment de répulsion face au processus mortuaire.

Le personnage de Clarisse est finement construit, car de prime abord il n’est pas facile à aimer. En effet, la jeune femme est superficielle et trompe son mari.

Enfin, la plume de l’auteur est excellente ! Tout ce que j’aime : elle est crue et sans concession quand il s’agit de décrire une réalité physique, mais aussi incroyablement onirique quand il est question des sentiments de Clarisse.

« Alors, dans une explosion de lumière et de sons de fin du monde, je m’extirpai de cet univers nostalgique en percevant un vide énorme, un gouffre, un froid funeste, dégringolant dans un cosmos inconnu telle une fragile chrysalide qui découvre le monde dans lequel elle bascule, entre la chenille et le papillon, entre la petite fille et la femme que je n’étais plus. »

Vous l’avez compris, j’ai grandement apprécié ce livre que je vous recommande chaudement. Il fait parti d’une trilogie et donc je vous parlerais certainement des autres volumes très prochainement !

« Mon cerveau mort faisait l’impossible, accomplissait ce qu’aucun flic ne pouvait réaliser même avec toute l’intelligence et toutes les logiques du monde ; il enquêtait sur mon propre meurtre, sur sa propre extinction… »

Un grand bravo à l'auteur qui a su prendre des risques et qui a atteint son but (heurter le lecteur) avec maestria!

Je terminerais par un message personnel à Clarisse : « Clarisse, il est vertigineux de te voir à l’horizontale ! »

Éditions Ex Aequo

78 pages

Février 2011

9.5€

Commenter cet article

BlackKat 29/10/2013 11:07

Je ne connais pas Transferts... j'ai démarré ma découverte de Fabio Mitchelli avec La verticale du fou... Scotchée, conquise.. j'ai adoré... donc je suis ravie qu'il en a été de même avec toi!!! :D

Alex-Mot-à-Mots 19/07/2013 18:24

Un auteur à suivre.