Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

L'innocence des bourreaux de Barbara Abel

Publié le 14 Mai 2015 par Gaylord in Chroniques

L'innocence des bourreaux de Barbara Abel

« L’innocence des bourreaux »… voilà un titre qui a de la gueule. L’antagonisme des termes m’évoque de grands thrillers comme « Le purgatoire des innocents » de Karine Giebel ou « La compassion du Diable » de Fabio M. Mitchelli.

« L’innocence des bourreaux », c’est  le livre du changement pour Barbara Abel. Exit Fleuve Noir et bonjour Belfond. Nous quittons aussi les personnages de « Derrière la Haine » et « Après la fin », le diptyque à succès de l’auteur belge qui n’hésite pas à prendre des risques pour se renouveler avec un roman choral bien plus sombre qu’a l’accoutumé.

Le synopsis de départ est d’une grande simplicité : un junkie en manque décide de braquer une supérette pour acheter sa dose. Il est acculé, au pied du mur et ne vois aucune autre solution. Il y a un facteur que l’on ne peut maitriser dans un ce genre de délit : les individus présents dans le magasin lors du crime. C’est ce qui fera tout le sel de l’histoire.

La première partie du roman consacre un chapitre dédié à chaque personnage qui finira pour diverses raisons au mauvais moment, au mauvais endroit, à savoir cette fameuse supérette.

Barbara Abel convie un véritable panel de notre société : Une mère et son fils adolescent qui n’arrivent plus à dialoguer. Une tatie Daniel en puissance qui mène la vie dure à son aide-soignante. Une mère de famille monoparentale qui laisse son fils de 3 ans seul dans son appartement le temps de faire quelques courses. Un couple adultérin. Un caissier qui va peut-être devenir père bientôt…

Autant de figures représentatives qui vous surprendront par leur humanité… et leurs secrets.

Barbara Abel négocie parfaitement ce virage avec ce livre qui nous emmène bien au-delà des promesses faites par la quatrième de couverture. Émotions et rebondissements voilà les ingrédients de ce très bon roman noir.

La plume de l’auteure s’améliore encore comme l’atteste le passage ci-dessous :

« Dans le magasin, il y a une seconde de silence, peut-être deux. Puis c’est la panique. Totale, aveugle, hystérique. »

Madame Abel, vous avez le sens du rythme !

4ème de couverture:

Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d'autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d'acheter ce qui manquait pour son repas. Parmi eux, un couple adultère, parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s'il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent... Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour récupérer quelques dizaines d'euros. Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s'inversent, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l'horreur. Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince. Si mince...

 

Editions Belfond

Mai 2015

315 pages

18.50 eur

Commenter cet article

Vincent 15/05/2015 07:54

Je suis curieux de voir cette nouvelle facette du talent de Barbara après ses deux excellents romans "Derrière la haine" et "Après la fin". Je prends note pour une très prochaine lecture...