Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Chronique de Aubert chante Houellebecq - Les parages du vide

Publié le 22 Avril 2014 par Dubruit Danslesoreilles in Chroniques

Chronique de Aubert chante Houellebecq - Les parages du vide

Démarche particulière en ce jour sur DBDLO. Aujourd’hui je ne vous parlerais ni de polar ni de thriller, mais bel et bien d’un album audio.

Pour être plus exact, il s’agit d’une œuvre à la lisière entre littérature et musique.

Un chanteur qui met en musique la prose d’un poète, cela s’est déjà vu par le passé avec un résultat plus ou moins probant.

Indéniablement, il y a des similitudes entre poème et chanson, le rythme particulièrement. Il y a aussi de grandes différences notamment en termes de construction. L’adaptation est donc tentante, mais difficilement réalisable.

Jean-Louis Aubert a déjà réussi avec brio cet exercice de style le temps d’un titre, « Ils cassent le monde », paru en 1989 sur l’album Bleu Blanc Vert  qui met en musique de magnifiques vers de Boris Vian.

Aujourd’hui il s’attaque à un album entièrement composé de textes de Michel Houellebecq issus de son recueil Configuration du dernier rivage.

De ce célèbre écrivain français, je ne connais que sa passion pour l’œuvre d’HP Lovecraft auquel il a consacré un essai. Je n’ai lu aucun roman ni aucune poésie de Houellebecq avant de poser mes yeux/oreilles sur ce Aubert chante Houellebecq… je prends désormais conscience de l’étendue de mon erreur.

Je comprends aisément comment la prose de l’auteur a pu inspirer le chanteur. Ces textes sont de toute beauté. Les ombres de la vieillesse et de la maladie sont très présentes et les amours se conjuguent au passé. C’est beau, touchant, tendre, nostalgique et tragique.

Aubert délivre ici une superbe interprétation toute en retenue et émotion. Il y a quelque chose de pudique et de profond dans Les parages du vide. Ne vous attendez pas à voir la facette « rock » d’Aubert sur ce recueil de chansons. C’est une prise de risque de sa part, car il aurait certainement vendu plus de disques en réalisant un album standard.

 L’ensemble des titres est vraiment de qualité et certains morceaux touchent à la grâce. C’est le cas de Canaris et de L’enfant et le cerf-volant qui est bouleversant (ces quelques notes de guitare électrique sont déchirantes).

Si je devais exprimer en une phrase ce que  j’ai ressenti à l’écoute du disque,  je dirais que Les parages du vide transpercent les chaires pour nous atteindre directement au coeur.

A noter que je ne saurais trop vous recommander la version collector avec un livret de 40 pages contenant en plus des textes, les mails échangés entre Aubert et Houellebecq tout au long du processus de création du projet. Un régal !

Commenter cet article

Nikolai 24/04/2014 00:26

j'aime les textes de Houellebecq, il semble, JLAubert a fait un bon travail...
amitiés