Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Interview de Didier Fossey

Publié le 12 Septembre 2013 par Dubruit Danslesoreilles

Interview de Didier Fossey

Après vous avoir présenté les ouvrages de l'auteur, je vous invite à découvrir l'homme derrière la plume...

Bonjour Didier, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Didier Fossey , né à Paris il y a quelques décennies. J'ai tout d'abord travaillé dans l'hôtellerie, notamment à bord du paquebot France et en 1984, j'ai intégré la Police Nationale. J'ai écrit deux thrillers « Tr@que sur le web » et « Ad Unum » aux éditions Les Deux Encres.

Comment êtes-vous venu à l’écriture

Par la lecture tout d'abord. Je devais avoir 9 ans quand ma grand-mère m'a offert mon premier livre. Vingt mille lieues sous les mers. Je n'ai plus quitté les bouquins. J'ai toujours eu envie d'écrire, je m'y suis mis sur le tard. J'avais tout simplement envie de raconter des histoires, je ne pensais pas être édité.

Dans quelle mesure, votre travail au sein d’une brigade anticriminalité, a-t-il influencé vos écrits ? Les tueurs de vos polars vous ont-ils été inspirés par des faits réels ? Parce qu’ils sont quand même super flippants !

C'est sûr que le travail au sein d'une BAC influence un petit peu. Les tueurs n'existent pas en tant que tueurs mais les personnages existent. Bogdan et Mathias existent vraiment mais ils n'ont jamais commis les meurtres que je leur attribue... Quoique ... Ce sont des situations qui m'ont donné l'idée et ensuite l'imagination fait le reste.

Parlez - nous du commandant Boris Le Guenn, le héros récurrent de vos livres.

Boris est un meneur d'hommes, un chef, il a quelques problèmes dans sa vie privée, je dirais qu'un manque un peu de c....... ça va s'arranger dans les prochains opus.

A-t-il était évident dès le départ qu’il y aurait plusieurs volumes ?

J'avais écrit Tr@que sur le web, pour aller au bout de mon envie. Je n'avais pas pensé à une suite ? Il a été édité et là les personnages, Boris et les autres sont venus me harceler pour me demander une suite. Les lecteurs aussi, sans qui il n'y aurait pas eu Ad Unum.

Ce qui frappe dans vos deux romans, c’est le côté « police au quotidien », il n’y a pas de super flic, juste une équipe soudée…

La Police de tous les jours, dans les commissariats et dans les services spécialisés, c'est ça, un travail d'équipe. Sans l'équipe le chef de groupe ou le « patron » n'est rien. Tous les grands flics, je ne citerai personne, je ne veux pas froisser, s'ils n'avaient pas eu une équipe derrière, ils n'auraient jamais sorti les affaires qui les ont rendu célèbres. Alors loin des séries télé US et des super flics, j'ai voulu raconter l'histoire d'une équipe de flics au quotidien, en collant au plus près à la réalité.

Quelles sont vos influences majeures dans le domaine de l’écriture ?

Stephen King bien sûr, San Antonio et plus proches de nous Jean Marc Souvira, son « Magicien » plairait aux lecteurs de votre blog. Je ne pense pas me laisser influencer par leur style, ces auteurs m'ont donné l'envie d'écrire.

Votre dernier coup de cœur littéraire ?

Ma vie dans les yeux d'une poupée d’ Ingrid Desjours, c'est LE coup de cœur de l'année pour moi. J'aurais aimé l'écrire mais il vaut mieux que ce soit elle qui l'ai fait.

Pourriez-vous nous parler de vos projets à venir

Des projets, oui bien sûr, la sortie d'un épisode de « L'embaumeur » en Juin 2014 chez Atelier Mosesu et des romans dont un à 20 doigts qui me tient particulièrement à cœur. Ça avance bien.

Le mot de la fin…

On va arrêter de se vouvoyer, on « s'entre tu » si tu veux bien. Merci pour cet interview et de l'intérêt que tu as porté à mes deux romans.

Commenter cet article

SUTRA 13/09/2013 09:27

Il ne faudra pas longtemps pour que Didier Fossey devienne juste "Fossey". C'est ce qui guette les grands du polar, ce qu'il est en train de devenir...
J'espère que cette semaine qui lui a été consacrée ici donner l'envie à ceux qui ne le connaissent pas de découvrir ce monsieur qui sait écrire des polars d'une plume de pro.

Gwen Coelho 13/09/2013 06:36

Vous ne vous êtes pas entre-tu (ez) à la fin quand même ? Talentueux et sympathique ! Cette fois c'est pas moi qui le dit c'est Sébastien ! Gaylord ton blog est vraiment une mine d'or !
Pour ce qui est de l'auteur Didier Fossey, j'ai beaucoup aimé ses romans, et cette façon de faire vivre cette équipe.

gruz 13/09/2013 04:44

J'adore le mot de la fin :-)
Good job, as usual Gaylord !
L'interview nous permet réellement de découvrir le personnage

Sébastien Lepetit 12/09/2013 23:17

Talentueux et sympathique, on finirait presque par en être jaloux. Moi qui ai lu les deux romans de Didier Fossey, j'ai vraiment aimé, j'invite tous ceux qui ne les ont pas lus à le faire, et de mon côté, j'attends (im)patiemment de lire le prochain, pour le plaisir, bien sûr, mais aussi pour voir ce que les 10 autres doigts apporteront comme supplément d'âme. :-)