Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

L'art d'accommoder les restes

Publié le 26 Avril 2015 par Les Mines Noires

L'art d'accommoder les restes

Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme.

Voilà ce qu'ont démontré les centres socioculturels de Lens en créant des recettes à la mode polar et ce sous la houlette de Michael Moslonka, un auteur bien connu chez DBDLO.
Une dégustation était d'ailleurs organisée à l'occasion du salon du polar de Lens en Mars dernier.
Vous pouviez y déguster des mets de premiers choix avec par exemple Le doigt de sang ou la Tarte aux prunes.
Comme vous êtes gourmands et que je suis sympa, je vous présente leurs recettes.
Bon ap!

 

 

 

 

Les doigts de sang

 

Pâtes feuilletées

Saucisses de volaille

Œuf

Ketchup

 

 

 

Volez 22 saucisses de volaille, du poulet de préférence.

Pour découper les doigts de poulet, munissez-vous d’ustensiles tranchants (couteau, cutter, tronçonneuse, sabre).

Dérobez des rouleaux de pâtes feuilletées et découpez des bandes de la taille d’un doigt.

Camouflez les doigts autour des bandes de pâte.

Braquez une poule et prenez-lui l’un de ses œufs, badigeonnez les doigts avec le jaune d’œuf.

Enfournez les doigts jusqu’à coloration. Dès que les doigts dorent, libérez-les et enfermez-les dans la chambre froide.

Pendant ce temps, demandez à votre voisin de saigner la cuisinière, siphonnez-lui le sang que vous étalerez sur les doigts une fois qu’ils seront bien refroidis

Dégustez en toute illégalité avant l’arrivée des poulets.

 

Wrap de poulet salade

 

Ingrédients pour 4 personnes :

4 galettes de maïs ou de blé

300g de blanc de poulet

1 cœur de laitue

3 cuillères à soupe de parmesan et d’huile

1 cuillère à soupe de moutarde

1 jaune d’œuf

2 filets d’anchois à l’huile (facultatif)

 

Repérer un contrôle radar. Trucider le poulet de faction, l’écorcher et lui trancher son blanc en prenant soin de le déplumer au préalable. Dérober la poêle du voisin, faire mariner le blanc et le roussir sans entremêler les morceaux. Dans un bac, mélanger l’œuf de la poule (tant qu’elle se laisse braquer, autant en profiter), le mélanger au fromage du carabinier que le voisin a volé en Italie, rajouter de la moutarde qui est montée au nez du voisin et qui l’a fait tomber dans les pommes de son jardin. Ajouter petit à petit, un filet d’huile et faire monter le tout comme une mayonnaise afin d’obtenir les aveux du voisin (présumé innocent).

Utiliser un panier à salade du poulet de faction pour laver et essorer la laitue. Démembrer-la en lui enlevant ses feuilles. Aplatir le voisin comme une galette à l’aide de la poêle (pensez à bien l’achever), y étaler la sauce sanguine, le parsemer  de lamelles de blancs de poulet, ajouter les feuilles de laitue, l’enrouler et le faire disparaître… en le servant à vos invités.

 

Gaspacho à la tomate

 

1, 5 kg de poivrons rouges et 1,5 kg de poivrons verts

1,5 kg de concombres

1 gros oignon et 4 oignons nouveaux

1 gousse d’ail

1 tranche de pain de mie

2 œufs durs

Basilic, huile d’olive, sel, poivre, piment

 

Volez les légumes dans le jardin du voisin (celui qui a tué la cuisinière).

Coupez les légumes et mixez le tout. Profitez-en pour ajouter petit à petit dans le mixer les restes de la cuisinière qui vous a servie pour les doigts de sang.

Ajouter le pain que vous aurez volé chez le boulanger. Mixez le tout. Et débarrassez-vous des os de la cuisinière (pour qu’il ne reste aucune trace de vos mets faits).

Laissez reposer au frais pendant deux heures.

Ecrasez les œufs durs avec la fourche du fermier qui a tenté de vous arrêter, quand vous avez braqué sa poule.

Parsemez la soupe de basilic haché avec la cisaille qui vous a permis de découper le fermier. Disposez la garniture dans des ramequins et chacun, ni vu ni connu, accommodera le gaspacho à sa façon. Laissez vos invités déguster votre gaspacho… et faites disparaître le corps du fermier.

 

La tarte aux prunes

 

1 pâte brisée

1kg de prunes -100g de sucre - 2 cuillères à soupe de farine

3 œufs - 20cl de crème fraîche

 

Faîtes briser votre pâte par votre cousin en colère.

Mitraillez votre fond de tarte par vos tontons flingueurs. Prenez la fuite et faites-vous flasher à 180 pour être à bonne température et récoltez 1kg de prunes.

De rage, déchirez vos prunes en deux et lancez-les à la fronde sur votre fond de tarte.

Prenez trois œufs qui ne s’aiment pas, afin qu’ils se cassent entre eux, attachez-les avec la crème préalablement mise au frais, ajoutez de la cocaïne (qui servira de sucre) et la poudre à canon (qui vous servira de farine).

Dérobez un tonfa au premier poulet en faction et utilisez-le pour mélanger ardemment le tout.

Noyez vos prunes (ainsi que le poulet à qui vous avez volé le tonfa) avec votre mixture cyanurée et flambez le tout (poulet compris) au bûcher.

Dégustez avant d’être incarcéré et n’hésitez pas à mettre vos convives au parfum !

 

 

L'art d'accommoder les restes
Commenter cet article