Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du bruit dans les oreilles, de la poussiere dans les yeux.overblog.com

Blog culturel. Chroniques littéraires, musicales et interviews

Concert de Liz Cherhal- Le poche, Béthune- le 13/11

Publié le 16 Novembre 2015 par Gaylord Kemp in Musique

(c) Christophe Beaussart

(c) Christophe Beaussart

Quoi ? Liz Cherhal vient pousser la chansonnette à 5 minutes de chez moi ?

Ah bon ?

Impossible de manquer ça !

Je vous ai déjà parlé de cette artiste à l’occasion de la sortie de son excellent album « Les survivantes » en février dernier pour lequel j’avais eu un véritable coup de cœur.

 

Le concert à lieu à Béthune, au Poche une salle atypique puisqu’il s’agit d’anciens égouts (ne vous inquiétez pas, il n’y a plus l’once d’une odeur désagréable qui pourrait indisposer vos sensibles narines). Sa petite capacité (une centaine de places assises) promet une belle proximité entre le public et la chanteuse.

 

Généralement, la set-list d’un concert commence par un titre bien pêchu pour engranger un maximum d’énergie au démarrage. Mais, Liz Cherhal est une originale (ce qui dans ma bouche sonne comme un compliment), elle prend donc tout le monde à revers en entamant son tour de chant par « En douceur » qu’elle interprétera simultanément en langage des signes simplement accompagnée de Morvan Prat à la guitare acoustique.

Le reste du groupe composé de Lionel Bézier à la batterie et Nicolas Bonnet à la guitare arrive après ce moment d’une incroyable tendresse. Morvan prend place au violoncelle et Liz nous parle de « ses trois dernières histoires d’amour » avec « un matin » extrait de son premier opus.

Le spectacle est lancé, les titres s’enchainent et le dernier album est joué dans sa quasi-intégralité (manque tout de même « J’ai le cœur gros »). Liz ne fera pourtant pas l’impasse sur l’incontournable « Il est arrivé quelque chose »  dont le final est transcendé par la guitare de Nicolas, son acolyte de toujours.

La folie gagne le groupe et atteint son paroxysme sur « Je prends des médicaments » où les musiciens perdent la tête pour notre plus grand plaisir.

 

(c) Christophe Beaussart

(c) Christophe Beaussart

« Pour jouer avec maman », une reprise d’Anne Sylvestre devient hypnotique et intense en live.

L’émotion est à son zénith avec « J’ai ma dose », un titre bouleversant sur une personne devant faire face à la maladie.

La complicité entre les musiciens est palpable. Morgan passe du violoncelle à la basse en passant par le ukulélé. Liz et Nicolas se chargent tour à tour des guitares et des claviers. Lionel lui nous offre un jeu de percussions tout en nuances.

La chanteuse nous parle de son projet de vie (adapter la totalité de son répertoire en langage des signes), de son passage dans la région la semaine précédente, du carillon du beffroi de Béthune qui joue « Il court, il court le furet », nous dresse le bilan de la soirée. Le public en redemande.

Je vous parlais de proximité en début d’article, ce fut bien le cas lorsque Liz et Morvan se sont installés au milieu de la salle pour interpréter sans amplification aucune une reprise de Michele Bernard.

Le succès est total : de bons musiciens, des chansons variées aux paroles incroyablement justes, une frontwoman débordante de vitalité, un brin barrée au capital sympathie énorme, tout y est.

Dites les gars, vous revenez quand ?

 

Merci à Christophe Beaussart pour ses très belles photos.

(c) Christophe Beaussart

(c) Christophe Beaussart

Commenter cet article

I'm a Bad Giirl 16/12/2015 20:05

Si tu es intéressé, passes voir mon blog et aboones-toi :) J'espère qu'il te plaira: http://badgiirl.over-blog.com/